VRS - 3.3 - Fondamentaux : Contrôle de la voiture

Avoir un bon contrôle de la voiture signifie que vous êtes à l’aise avec celle-ci à la limite de son adhérence (et parfois un peu au-delà), là où le comportement de la voiture est très différent de celui de la conduite en dessous de cette limite.

En dessous de la limite, une voiture va tourner en suivant exactement le virage et l’angle que vous lui demandez. Alors que conduire à la limite représente un plus grand challenge et c’est là qu’un pilote compétent se situe.

Comment savons-nous quand nous avons atteint la limite d'adhérence?

Deux choses peuvent se produire lorsque nous dépassons la vitesse maximale pour un angle de virage spécifique : L’une d’elle est connu sous le nom de sous-virage et l’autre survirage.

Sous-virage

Le sous-virage se produit quand l’adhérence disponible sur les pneus avant est inférieure à celle des pneus arrières ce qui amène l’avant de la voiture à élargir par rapport au rayon de virage voulu.




Survirage

Le survirage est le contraire et se produit quand le grip disponible sur les pneus arrière est inférieur à celui des pneus avant. Par conséquent l’arrière de la voiture commence à glisser et la voiture tourne au-delà de la direction souhaitée. Lorsqu’il n’est pas corrigé, cela entraîne généralement une perte de contrôle et un tête à queue.

Généralement, une voiture manifeste un sous virage ou survirage très léger juste avant la limite de grip et de vitesse maximum pour un angle de virage spécifique. Ceci est habituellement accompagné d’un léger couinement des pneus. Dans une simulation, il est difficile de ressentir l’apparition de sous ou sur virage, mais il est clairement possible d’entendre comment vous poussez sur les pneus et donc à quel point vous êtes proche de la limite d’adhérence




Si vous évitez de dépasser la vitesse qui génère ces signaux subtils venant de la voiture et des pneus, vous éviterez également de vous mettre dans la situation où vous êtes forcé de faire des corrections pour rattraper un sous-virage ou survirage. Cependant, accomplir cela sans jamais dépasser la limite d’adhérence est une attente irréaliste et par conséquent, il est très important d’apprendre comment faire des corrections face à un sous-virage ou survirage excessif pour reprendre le contrôle de la voiture et la ramener dans la limite de grip.

En général, une voiture aura une tendance par défaut à sous-virer ou survirer mais même une voiture parfaitement réglée et équilibrée peut présenter l’une ou l’autre de ces caractéristiques en fonction de comment elle est conduite.

Corriger le sous-virage

Le sous virage est certainement le comportement hors limite le plus facile à corriger. La méthode la plus efficace consiste simplement à relâcher la pédale d’accélérateur et si le sous virage persiste appuyer doucement sur les freins jusqu'à ce que la voiture cesse d’élargir par rapport à la trajectoire souhaitée. L’erreur la plus courante d’un pilote se retrouvant face à un sous virage est de braquer davantage. Cela ne réduira jamais le sous-virage (puisque vous êtes déjà au-delà de la limite d’adhérence) et la plupart du temps cela réduit d’avantage le grip des pneus avant et aggrave le sous-virage.



Corriger le survirage

Le survirage est beaucoup plus difficile à gérer. Si il est senti ou observé assez tôt, il peut être entièrement corrigé en faisant le contraire de ce qui a créé le survirage en premier. Par exemple, le survirage peut être causé par l’utilisation de trop de gaz sur une propulsion, surchargeant les pneus arrière et les privant de grip latéral. De toute évidence, relâcher l’accélérateur dans cette situation aidera à réduire le survirage.




Il existe cependant d’autres façons de provoquer un survirage. Il y a ce que l’on appelle « lift off oversteer » quand un pilote relâche l’accélérateur brutalement pendant que la voiture est en appuie en milieu de virage, ce qui provoque une décélération soudaine due au frein moteur et la voiture subit un transfert de charge vers l’avant. Cela ajoute du grip sur les pneus avant réduisant simultanément celui de l’arrière. Cet effet peut-être encore plus grave si le pilote appuie sur le frein. La meilleure méthode pour corriger cela est de réappliquer rapidement du gaz pour transférer le poids à sa balance d’origine.

Braquer à l’opposé ou contre-braquage

Généralement, en cas de survirage, cela évolue très vite au-delà d’un point que les méthodes ci-dessus peuvent corriger et donc une autre méthode est nécessaire.

Ceci est connu sous le nom de contre-braquage, mais il est aussis nommé contre braquage opposé ou braqué dans la glisse. C’est l’acte de braquer dans la direction opposée à celle vers laquelle la voiture tourne.



Erreurs courantes

Une des erreurs les plus typique rencontrée par les pilotes qui tentent de contre-braquer quand ils subissent un survirage est la sur-correction. Cela se produit quand la bonne quantité de contre-braquage est appliquée pour inverser la rotation de la voiture mais que le pilote redresse le volant trop tard et par conséquent la voiture continue de tourner au-delà de la direction désirée et fini en tête à queue.



Le survirage brusque est un autre problème dont les pilotes inexpérimentés ont tendance à souffrir et qui se caractérise par une transition soudaine du sous-virage vers le survirage. Typiquement quand la voiture sous-vire, le pilote fait l’erreur de braquer encore plus réduisant encore le grip à l’avant. Dans ce cas, si la voiture perd l’adhérence arrière (qui pourrait être causée par un relâchement brusque de l’accélérateur, freinage ou changement de la surface de piste), elle peut commencer à passer en survirage alors que le pilote maintient son angle de braquage. A ce stade, si le conducteur tente de contrebraquer, il doit d’abord dérouler l’angle de braquage supplémentaire ce qui se traduit momentanément par encore plus de grip à l’avant avant qu’il contre-braque. Sans surprise, cela provoque presque toujours un tête à queue avant que le conducteur réagisse correctement.

Drifter – maintenir le survirage

Le survirage peut être délibérément maintenu avec de nombreuses voitures, et cette action s’appelle « drifter ». Drifter consiste à provoquer intentionnellement un survirage puis à moduler l’accélérateur et les corrections du volant de manière a empêcher la voiture à partir en tête à queue mais en n’arrêtant pas complètement la glisse. Cela peut-être une technique très utile à apprendre, car elle vous oblige à apprendre un excellent contrôle de la voiture ce qui peut aider à maintenir la voiture sur la limite d’adhérence et se sauver des têtes à queue et accidents potentielles. Bien sûr nous ne recommandons pas le drift intentionnel comme moyen de conduire vite !



Equilibre

Le but ultime ici est un mot que vous entendez souvent dans le cercle des courses automobile de haut niveau tels que la F1 et c’est l’équilibre. Quand une voiture a un bon équilibre, cela signifie que vous êtes susceptible d’expérimenter à la fois du sous-virage et du survirage quand vous dépassez la limite, ce qui provoque le comportement en virage le plus neutre ce qui est généralement le plus efficace et le plus rapide.

Source: virtualracingschool.com - 3.3: Fundamentals: Car control