DIY - fabrication de mon flipper / Arduino

  • Petit achat hier un pinball de maison a 80$CAD environ 55E rien de bien fou mais bon.


    Je vais le remettre en route et sinon recup les solenoid et autre :)




  • c'est dingue par chez vous ! :etoiles: bon après il faut de la place pour stocker mais c'est vraiment donné


    Ce flipper a un thème sympa dans l'idée :evolm:

    mais c'est un flipper low-cost : ils avaient breveté leur bumper et slingshot simplifiés sans switch (c'est la bille qui fait la continuité électrique) mais ça marchait pas terrible

    et les deux batteurs sont toujours actionnés simultanément : une seule bobine et une biellette entre les 2 batteurs :chut: 


    Pas sûr que ça vaille grand chose une fois retapé...

    il semble que Sentinel n'a fabriqué de 6 modèles de flippers en fin des années 70

  • oui je sais mais c'est essentiellement pour les recup les solénoïdes et Stern Ball Trough et tiret que je l'ai acheté


    Le plateau en lui mm va surement finir en table base



  • pour compléter la partie code pour ricousky :


    voici un autre exemple de machine d'état en code Arduino pour un flipper (je ne l'ai pas encore relu)

    http://www.ece.rutgers.edu/sit…llMachine-FinalReport.pdf


    686 lignes

  • laisse, il est tout pourri...


    Quote

    http://forum.locoduino.org/index.php?topic=98.msg763#msg763


    La modélisation d'un système par machine d'états-transitions est, à ma connaissance, un des moyens les plus efficaces pour analyser un problème et écrire du bon code (dans le sens conforme, efficace, facile à mettre au point et à maintenir). Cela s'applique à la gestion de systèmes physiques en toute sécurité ou à des protocoles de communication, avec la même facilité.

    Pour chaque état, un (ou des) évènements permettent une transition vers un autre état (ou d'autres états), en réalisant éventuellement une action déterminée. Il peut parfois y avoir retour vers le même état (à une variable d'état près, éventuellement). A chaque état peuvent être associées un jeu de valeurs des variables d'état (ce qui peu matérialiser en quoi consiste une 'transition', mais pas toujours).

    Cette approche permet effectivement de réfléchir à bien poser le problème, à trouver les bons états, les bonnes variables d'état, à tester sur papier la conformité du fonctionnement aux attentes, tout cela avec rapidité (ce n'est finalement que du dessin servant de support à une 'expérience de pensée') mais avec une grande sûreté (l'automate dessiné fait ce que l'on veut, ou non, le constat est immédiat, et en cas de non, c'est que la modélisation est à revoir). Cette approche événementielle est en général vécue comme assez naturelle. Tout cela sans avoir écrit une seule ligne de code !


    http://fadiese.hd.free.fr/barb…?page=les-machines-d-etat

    là c'est clair et concis : il faut lire toute la page :)

    Quote

    Le programme va donc regarder dans quelle étape il se trouve (y positionner les actionneurs, c'est à dire agir sur l'environnement=écriture des sorties) puis voir (en observation l'environnement=lecture des entrées)s'il doit effectuer la transition vers l'étape suivante

  • J'ai pleins de cartes car je fabrique mes machines CNC et imprimantes 3d, de la méga, de la Uno, de la nano. Je ne pilote pas en MOSFET car j'en ai pas envie, je pilote en relais statiques opto tout fait dans boîtier alu.

    The post was edited 1 time, last by ricousky ().

  • Pour l'instant ce n'est que théorique, mais je ne vois pas pourquoi j'aurais moins de toucher avec une lamelle qui ferme un contact, qu'un relais qui ferme un contact. Je te dirais ça dès que j'aurai reçu. 😁 Je suis sur des electromeca en flipper, et pas en Stern 2018, donc le touché se fait avec le corps sur le flipp.

    The post was edited 1 time, last by ricousky ().