Les mauvais noms de voitures

  • AMC Gremlin

    Dans les années 70, le constructeur américain AMC fait figure de poil à gratter de l'industrie automobile, avec des modèles compacts et innovants, comme la Pacer ou cette Gremlin. Problème : en anglais, le gremlin est un facétieux gnome causant nombre de pannes, une sorte de « bug ». La Gremlin sera tout de même commercialisée durant 8 ans à près de 700 000 exemplaires.


    Alfa Romeo MiTo

    MiTo, comme trait d'union entre Milano (Milan, siège historique d'Alfa Romeo) et Torino (Turin, capitale de Fiat). MiTo, comme « mythe » dans la belle langue d'Umberto Eco. L'idée faisait sens... sauf en France, où la mythomanie n'est pas vraiment une qualité. L'Alfa MiTo sera un demi-échec (265 000 exemplaires en 10 ans)... et pas seulement à cause de son patronyme.


    Audi e-tron

    Incroyable que personne, lors des grandes réunions du comité exécutif d'Audi, n'ait osé la main pour signaler que dans la langue de Molière, un « étron » n'est ni haut de gamme, ni électrique ! Mieux vaut donc prononcer « e-tron » à l'anglaise et sans oublier le trait d'union, ça passe (un peu) mieux.


    Buick LaCrosse

    Depuis 2004, la berline moyenne de la gamme Buick s'appelle LaCrosse, car les Américains trouvent les noms à consonance française du dernier chic. Hélas, au Québec, le verbe « crosser » signifie... se masturber ! Du coup, plutôt que de s'appeler Buick « branlette », cette LaCrosse est vendue dans la Belle Province sous l'appellation Allure. Effectivement, ça en a davantage !


    Chevrolet Beretta

    Dans les années 80, Chevrolet s'est dit que c'était une bonne idée de baptiser son nouveau petit coupé sportif du nom de Beretta. Une décision qui n'a évidemment pas été du goût de l'armurier italien du même nom, qui a traîné General Motors en justice. Les deux parties ont fini par se réconcilier : GM a offert un coupé Beretta à Beretta, qui a offert en échange une paire de pistolets Beretta à GM ! Ce dernier a par ailleurs donné un demi-million de dollars à une oeuvre sponsorisée par l'armurier, et a baptisé le remplaçant du Beretta... Monte Carlo. Moins risqué !


    Citroën Évasion

    Ah, l'évasion, les road-trips en famille en monospace Citroën, une certaine idée du bonheur ! Sauf qu'au Royaume-Uni et en Irlande, le terme « evasion » concerne avant tout... l'évasion fiscale. Citroën l'a donc commercialisé sur ces marchés sous l'appellation Synergie.


    Daihatsu Applause

    Avez-vous spontanément envie d'applaudir au passage d'une Daihatsu Applause ? Nous non plus. C'est sans doute pourquoi le constructeur japonais s'est senti obligé de baptiser ainsi cette berline compacte. La méthode Coué, tout ça.


    Mazda Laputa

    Rouler en Laputa, c'est sûr, ça fait mauvais genre ! Ce nom a pourtant désigné une Kei-car très propre sur elle, commercialisée au Japon par Mazda entre 1999 et 2006. Dans le même genre (mais en plus mignon), il y a aussi eu la Suzuki Lapin.


    Lexus IS-F

    En 2008, une Lexus IS-F coûtait 72 500 euros. Même en l'achetant comptant, vous n'étiez donc pas automatiquement assujetti à l'impôt sur la fortune. Il n'empêche, le nom aura fait sourire.


    Dodge Dart Swinger

    En 1968, la Dart, pony-car de Dodge cousine de la Plymouth Barracuda, se décline dans une version Swinger. Mais la libération des moeurs dans les années 70 va condamner cette appellation, qui signifie « échangiste » dans la langue de Shakespeare !


    Ford Probe

    Joli coupé plus bourgeois que sportif, dérivé de la Mazda MX-6, la Ford Probe reprenait le nom d'une série de concept-cars des années 70. Mais si en anglais, le terme « probe » peut évoquer une sonde spatiale, il désigne également un autre genre de sonde, que l'on insère dans des endroits que je ne peux nommer ici...


    Mitsubishi Pajero

    Le chat des pampas (leopardus pajeros) est un mignon félin d'Amérique du Sud. Il a donné son nom au Pajero, 4X4 mythique de Mitsubishi, commercialisé de 1982 à 2019. Sauf dans les pays hispanophones, où le Pajero s'appelait Montero. Pourquoi donc ? Parce qu'en espagnol, « pajero » signifie... « branleur ».


    Peugeot P4

    En voilà un drôle de paradoxe ! Le Peugeot P4, engin exclusivement militaire, portait le même nom qu'un coefficient d'(in)aptitude psychiatrique à servir sous les drapeaux. Selon le Bulletin officiel des armées, le niveau P4 indiquait « la présence actuelle et prolongée de troubles de la personnalité et de l'adaptation définitivement incompatibles avec la poursuite du service ». L'heureux (?) élu était donc réformé... et exempté du service militaire.


    Studebaker Dictator

    En 1927, la prestigieuse marque américaine Studebaker baptise son dernier modèle... Dictator ! A l'époque, le « Duce » Benito Mussolini était considéré par certains aux États-Unis comme un dirigeant audacieux et fort, et le mot dictateur n'avait pas forcément de connotation négative. Mais la montée du nazisme dans la décennie suivante rendra l'appellation Dictator un peu difficile à porter... Elle disparaîtra en 1937. Dans le même genre, Oldsmobile a brièvement commercialisé une « Autocrat » dans les années 1910 !


    Saab Sonett

    Inutile de chercher le bouton de la sonnette : le petit coupé Saab des années 60 et 70 s'appelait Sonett en référence à la phrase suédoise « Så nätt den är » que l'on pourrait traduire par « Elle est tellement chouette ! ». On est plutôt d'accord.


    Subaru Chiffon

    Depuis 2016, Subaru commercialise au Japon la Chiffon, une kei-car étroitement dérivée de la Daihatsu Tanto. Avec laquelle on évitera de la confondre car, comme chacun sait, on ne mélange pas les torchons et les serviettes.


    Suzuki Baleno

    Elle n'était pourtant pas spécialement grosse, cette citadine Suzuki commercialisée encore récemment chez nous. Alors pourquoi l'avoir affublée du peu élégant patronyme Baleno ? Mystère et boules de graisse !


    Toyota MR2

    « Mid engine, Rear-wheel-drive, 2 seater », soit « moteur central, roues arrière motrices, deux places », telle était la signification de l'acronyme MR2, qui a désigné trois générations de coupés et cabriolets Toyota (1984-2007). Sur les marchés francophones, cependant, le MR2 a été rebaptisé MR. Allez savoir pourquoi ?


    Tata Zica

    En 2016, le géant indien Tata Motors présente une nouvelle citadine, la Zica, pour « zippy car » (littéralement « voiture rapide »). Manque de pot, c'est à peu près au même moment qu'éclate l'épidémie du virus Zika. Ni une, ni deux, la Zica deviendra Tiago, immunisant au passage ses futurs propriétaires contre les moqueries.


    Renault Wind

    Concept-car, puis modèle de série, le petit cabriolet Wind était censé évoquer par son nom l'agréable sensation du vent dans les cheveux lorsque l'on conduit décapoté. Mais en langue anglaise, « wind » désigne d'autre genres de vents, nettement moins agréables et beaucoup plus odorants ! Voilà qui n'a clairement pas aidé sa carrière outre-Manche...

  • Le Peugeot P4, engin exclusivement militaire, portait le même nom qu'un coefficient d'(in)aptitude psychiatrique à servir sous les drapeaux

    Exact et c'était aussi le nom des cigarettes bon marché vendu par paquet de 4. Ils l'avaient bien choisi le nom de cette voiture :hihihi:

    Membres : 5, depuis 1964

  • Tiens ils ne parlent pas du Renault Koléos :hihihi:

    600.png


    PC: I7 4790k, GTX 1080Ti, 16Go Ram

    Simrig: Simlab P1-X, Fanatec DD2, Heusinkveld Sprint, Fanatec SQ 1.5, 3x32@1440p